Voici comment fonctionne le prélèvement à la source en 4 questions-réponses

À l’horizon 2019, le prélèvement à la source représente une grande révolution pour les ménages. Désormais, c’est chaque mois qu’ils devront s’acquitter de l’impôt sur le revenu, par sa déduction directe sur leur fiche de paie. Comme tous les changements, cette réforme ne va pas sans crainte. Examinons le prélèvement à la source en 4 questions-réponses pour lever ses mystères.

Comprendre le prélèvement à la source en 4 questions-réponses

En matière fiscale, les Français ont souvent peur de ne pas sortir gagnants des réformes. Tâchons donc de comprendre le prélèvement à la source en 4 questions-réponses pour mieux appréhender les aspects pratiques de ce changement.

Comment sera calculé l’impôt ?

Lors de leur déclaration de revenus en ligne au printemps 2018, les Français se sont déjà vus attribuer un taux d’imposition. C’est lui qui sera appliqué au calcul de leur impôt, dès janvier 2019. Ce taux d’imposition est appelé à apparaître clairement sur la fiche de paie. Il sera mis à jour dès septembre 2019, pour tenir compte des éventuels changements intervenus dans la vie des contribuables, depuis leur déclaration du printemps. Notez bien qu’une remise à jour annuelle est prévue tous les ans, en septembre.

La mensualisation fait-elle « perdre » du salaire ?
Non, car elle adapte mieux le montant de l’impôt aux revenus. C’est un simple report mensuel d’un montant jusqu’alors acquitté une seule fois dans l’année. Ce point est important pour comprendre le prélèvement à la source en 4 questions-réponses !

Que deviennent les réductions et crédits d’impôt ?

Les bénéficiaires pourront toujours en profiter. Les crédits et réductions d’impôts rentrant dans certaines catégories feront l’objet d’un acompte début janvier 2019, qui sera régularisé en septembre, suite à la déclaration des revenus 2018. Les réductions et crédits rentrant dans cette catégorie sont relatifs aux :

  • services à domicile ;
  • frais de garde d’enfants de moins de 6 ans ;
  • frais de dépendance pour les pensionnaires des EHPAD ;
  • frais engagés en investissement locatif ;
  • dons faits au profit d’œuvres caritatives, ou à des organismes pour personnes en difficulté ;
  • cotisations syndicales.

Quid de la confidentialité de l’employeur ?

Enfin, pour en finir avec cette liste qui résume comment comprendre le prélèvement à la source en 4 questions- réponses, nous aborderons ce sujet épineux. Rassurez-vous, ce n’est pas votre employeur qui va gérer votre impôt. C’est bien à l’administration fiscale que vous continuerez de vous adresser pour toutes vos déclarations et réclamations. La seule visibilité de l’employeur est prévue sur le taux d’imposition.

Pourquoi ne faut-il pas redouter le prélèvement à la source ?

prelevement a la sourceCe petit résumé du prélèvement à la source en 4 questions-réponses permet de lever certaines équivoques.On pense d’abord à la baisse du pouvoir d’achat, tant redoutée des Français. Le prélèvement à la source promet de mieux s’adapter à leur revenu et irait plutôt dans le sens de réduire leur pression fiscale. Il est à noter qu’il sera possible, pour les télé-déclarants, de saisir en ligne toutes nouvelle modifications dans leur situation. Ceci les aidera à obtenir l’actualisation rapide de leur taux d’imposition. Une démarche directe et simplifiée, à prévoir en cas de mariage entre autres, ou en cas de naissance.

Quant au délicat chapitre de la confidentialité envers l’employeur, évoquée plus haut dans le prélèvement à la source en 4 questions-réponses, Bercy cherche à rassurer les contribuables. Un taux d’imposition neutre est prévu et pourra être demandé. Il a pour but de protéger tous ceux qui ne souhaitent pas que l’employeur ait le moindre regard sur la situation fiscale de leur foyer. Ils peuvent estimer, en effet, que ces informations ne le regardent pas et leur seraient préjudiciables pour demander, par exemple, une augmentation.

De nouvelles habitudes fiscales entraînent fatalement des incertitudes au départ chez les contribuables. Il est plus sage pour eux de s’y préparer dès maintenant, en consultant l’abondante information que les pouvoirs publics mettent à leur disposition sur ce sujet.